Vous êtes ici

Gerri Sharpe

Région : 
Slave Nord
Collectivité : 
Yellowknife
Numero de téléphone 1: 
(867) 446-1682
Adresse: 
303 – 1200 Gitzel street
Yellowknife, NT X1A 2C6

Histoire de l'artiste

J’ai grandi dans plusieurs collectivités du Nord — Yellowknife, Gjoa Haven, et Cambridge Bay — et en Nouvelle-Écosse. J’ai appris la couture avec des amis et des aînées de la collectivité de Gjoa Haven. J’ai déménagé à Inuvik en 1991, où j’ai vécu jusqu’en 2012.

Je me souviens du premier objet que j’ai vendu : un ookpik (harfang des neiges) en fourrure de phoque, pour trois dollars. J’avais neuf ans, à l’époque. Si je reviens sur les huit ou neuf dernières années, je me rends compte que j’ai beaucoup travaillé. Je viens de dresser un inventaire, et je ne pouvais pas croire le nombre de réalisations que j’avais produites! À l’origine, je voulais offrir des kamiks comme celles de ma jeunesse à mes enfants, mais j’ai été incapable de leur en acheter; j’ai donc décidé de leur en fabriquer, et je n’ai jamais vraiment arrêté depuis.

La fourrure de phoque est un matériau que j’affectionne particulièrement; j’aime son apparence et sa texture. C’est une fourrure avec laquelle on peut tout faire, et qui se prête aux moindres détails. Je produis également des mitaines de castor rasé, des mitaines longues, et des pantoufles en peau d’orignal décorées de broderies de perles.

Les décorations de mes créations, notamment les bandes ou les diamants de fourrure à l’endos des mitaines, sont typiques de Gjoa Haven. Plus une paire de kamiks est richement décorée, plus son propriétaire est perçu comme étant riche. C’est la raison pour laquelle les décorations de certaines de mes kamiks sont particulièrement élaborées!

Dans mon adolescence, je réalisais aussi des  tentures que je vendais à la Compagnie de la Baie d’Hudson pour gagner de l’argent de poche. Mais cette époque est révolue, même si je me demande souvent ce qui a bien pu arriver à ces tentures, puisque j’en ai quand même vendu beaucoup. J’adore le sentiment de fierté qui m’envahit lorsque je vois quelqu’un porter mes créations, ou que l’on me dit où mes œuvres se trouvent. Je le perçois comme un véritable compliment.

Dernière mise à jour : 6 octobre 2015

Galerie de l'artiste